Expo : American Realities

By: Marie Fouquet | Date 03.05.2016
Troisième exposition de la galerie Polka consacrée au travail du photographe danois Joakim Eskildsen, American Realities est un parcours dans l'envers du rêve américain, une autre facette du Nouveau Monde éclairée par le regard bienveillant d'un explorateur contemporain.
© Joakim Eskildsen, Exposition American Realities Marla and Darren Sumner’s house, New Orleans, Louisiana, 2011
American Realities est décrite comme une exposition manifestant les revers d'une société aux inégalités franchement marquées. Pris dans leurs extrêmes, les États-Unis, c'est d'un côté des buildings surdimensionnés - illustrations des plus gros portefeuilles de la nation -, de l'autre des milliers de SDF vivant sous des sols alourdis. Entre les deux : une étendue de strates, une réalité américaine rayonnante d'empêchements, d'espoirs, de désillusions et de lower classes. Rurales, exclues, ou isolées, les figures capturées par le regard lumineux du photographe danois Joakim Eskildsen donnent à voir en négatif et en couleurs le portrait nuancé d'une Amérique aux rêves brouillés.

Parcours photographiques

Joakim Eskildsen travaille par séries thématiques et géographiques. L'an dernier, la galerie Polka présentait Nordic signs- une collection de photographies hivernales en noir et blanc issue d'une traversée de la Scandinavie en 1995 – tandis qu'en 2009, The Roma Journeys témoignait des conditions de vie des Roms au travers de sept pays. Mis en place avec la directrice de Time Magazine, Kira Pollack, le projet American Realitiesdénonce les conséquences de difficultés économiques et d'une négligence sanitaire subies par une partie de la population américaine. Si a priori Joakim Eskildsen ne tenait pas à prendre une orientation sociale trop forte pour son investigation photographique, celle-ci s'est imposée à lui et a progressivement agi sur son travail comme une réalité évidente. Pendant sept mois, le photographe parcourt un Nouveau Monde sous le signe de la crise, cinq états américains où se trouvent les populations les plus touchées par la pauvreté – Californie, Louisiane, Géorgie, Dakota du Sud et New York. Son travail reflète le silence de personnages muets et traite la notion d'isolement au travers de regards vifs et de corps dans l'attente. La lumière si chère au photographe, contrastée, exagérant son attachement à la peinture de la Renaissance, semble poursuivre la réflexion de l'auteur et du filtre qu'est le regard de Joakim Eskildsen sur l'ailleurs. Il s'agit moins d'exposer la pauvreté de façon frontale et transparente que de faire ressurgir l'humeur d'un lieu et des activités qu'il engendre, des vibrations émises par une population aux conditions de vie soumises à un capitalisme généralisé.

L'intimité d'un regard

Deux enfants assis, bras tendus sur un banc, amusés de la capture photographique, posent devant une station de métro du Bronx. Une maison en carton pâte laisse apparaître, par une fenêtre éclairée, l'image floue d'un couple en miniature. Un garçon au visage blanc et aux yeux écarquillés est allongé dans un filet de pêche suspendu comme un hamac au milieu d'un port. Le photographe donne à voir le détail de scènes quotidiennes que des kilomètres séparent sur un même territoire et qui portent en elles des intimités communes et symétriques. Tel ce visage féminin noir pastellisé au regard porté au loin alors que l'objectif atteint, curieux, les murs d'un intérieur. Chez Joakim Eskildsen, tout à l'air de poser, de se savoir capturé, bien que ce soient les lumières qui donnent les règles du mouvement et de la structure picturale, parfois très proches des compositions en contraste de la Renaissance. American Realities dresse la mythologie d'une Amérique appauvrie et lente, où les valeurs règnent dans un sourire, un regard étonné, l'asymétrie de boîtes aux lettres plantées dans un trottoir de terre, une route qui se dirige vers l'horizon.


DERNIERS JOURS

AUTOPHOTO

Fondation Henri Cartier Bresson

Portraits de Cézanne

Musée d'Orsay

Agenda Culturel

L'été du canal

Du 7 juillet au 27 août 2017 
Pendant environ un mois et demi, l'été du canal fête ses 10 ans et propose diverses animations : bals, spectacles, plages, danses, ateliers, activités nautiques mais aussi concerts et musique... sur l'eau et à quai, au bord du Canal de l'Ourcq et le long de ses berges.

Cinéma en plein air à la Vilette

Du 20 juillet au 20 août 
Le cinéma en plein air de la Villette est l'un des incontournables de l'été parisien. Sur l'herbe fraîche de la pelouse de la Villette ou confortablement assis sur un transat loué sur place, les spectateurs pourront cette année découvrir encore une très belle sélection de films. Au programme : un mois de projections gratuites sur la grande pelouse de La Villette, autour du thème ultra-actuel de la cuisine !

Rock en Seine

Du 25 au 27 août 2017 
Rendez-vous au Domaine National du Parc de Saint Cloud, les vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 août pour l'édition 2017 du Festival Rock En Seine. Au menu ? PJ Harvey, The XX, The Shins, Timber Timbre, Flume, Franz Ferdinand, Cypress Hill, The Kills ou encore At The Drive-In et Jain.

Nos Partenaires

Beaux Arts magazine
Beaux Arts magazine traite de l'art, de l'architecture, de la peinture, du design et du cinéma
Art Monthly
Art Monthly is the UK’s leading magazine of contemporary visual art.
TASCHEN
Livres d'art et documentaires et éditions limitées dans une librairie au design.